Catalogues

En 1970, à seulement 34 ans Frank Stella inaugure sa première rétrospective au MoMA, C’est à cette époque qu’il cherche un moyen de renouvellement la peinture abstraite encore davantage.

La réponse lui sera apportée par son ami Richard Meier lorsqu’il lui offre le livre Wooden Synagogues écrit par Maria et Kazimierz Piechotka. Wooden Synagogues regroupe les archives (plan, photos, écrits) de 69 synagogues polonaises construites entre le 17ème et le 19ème siècle puis détruites par les troupes allemandes lors de la seconde guerre mondiale. Ce livre offre d’une certaine façon un dernier témoignage de ces édifices, une manière de ne plus les oublier.

Durant sa lecture, Frank Stella réalise 42 dessins basés sur des formes géométriques qu’il isole à partir des photos et des plans reproduits dans le livre. Ensuite il assemble ces formes de nouveau grâce à la technique du collage. Il réalisera par après des maquettes en bois passant dès lors d’un format plat à une œuvre en trois dimensions. Il obtient au final 130 œuvres de grand format portant le nom de 40 villages de Pologne dans lesquelles les synagogues furent détruites.  Ces Polish Village, dont Pilica I et Pilica III font partie, sont déclinés pour chaque modèle en trois variantes de couleurs et de reliefs.

La série des Polish Village est un tournant dans l’œuvre de Stella, en effet il parvient avec ces œuvres à introduire la notion de relief et quitte de cette manière la sempiternelle surface plane des peintures traditionnelles. Ensuite il se libère de la toile pour travailler sur une structure de bois recouverte de carton et de feutre. Finalement, Stella offre lui aussi un dernier témoignage de ces synagogue disparues en parvenant à reconstruire symboliquement ce qui avait été détruit.